L’oral du concours d’orthophonie: dernière étape de la quête du Saint Graal

Bonjour à tous! Aujourd’hui, je vais consacrer ma chronique, à TOI, futur candidat au concours d’orthophonie. Que tu sois jeune néophyte ou candidat plus aguerri, je t’invite à prendre le temps de me lire. J’espère t’apporter un petit quelque chose qui t’aidera au cours de ce long périple dans lequel tu t’es engagé.

Si je t’ai déjà raconté mon parcours professionnel, je risque sans doute de radoter ne m’en tiens pas rigueur je te prie…

J’ai décroché le concours d’orthophonie il y a quelques années (huit exactement) dans plusieurs écoles de France. Il m’est impossible de résumer en si peu de lignes toutes les pérégrinations que j’ai eu le loisir de vivre pour décrocher ce Saint Graal. Toutefois, après deux ans d’acharnement et à la sueur de mon front, j’ai pu intégrer l’école de mon choix! Youpi! J’ai un avenir qui se profile, je peux rassurer mes parents! Fiesta!

Quatre années plus tard, j’étais diplômée du Certificat de Capacité d’Orthophonie de l’école de Paris. Re Fiesta!

Entre ces deux exultations de bonheur, j’ai pu découvrir un métier captivant, des études enrichissantes, des professionnels passionnés et investis, des patients aussi attachants que surprenants. J’étais galvanisée par tout ce que cette profession m’offrait mais pas totalement comblée…

J’ai rapidement ressenti le besoin de conserver un lien avec ce concours qui a tant marqué ma vie et mon esprit. J’ai eu l’opportunité d’accompagner une multitude de candidats, d’une part, en les assommant de conseils et d’autre part, en les entraînant à l’oral du concours. Encore aujourd’hui, je conseille de nombreuses personnes qui me contactent via ce blog et j’interviens dans une école préparatoire de Marseille comme professeur de préparation à l’oral.

Fin de la présentation, j’en reviens au sujet initial! J’avais envie de parler de l’oral du concours qui paraît toujours très lointain en cette période de l’année et qui pourtant doit rester très présent dans vos têtes. Je m’explique… De nombreuses personnes font malheureusement l’erreur de se consacrer entièrement à la préparation de l’écrit et s’attellent à l’oral qu’après avoir reçu la confirmation de leur admissibilité. Terrible et fatale erreur! Je vais vous donner trois bonnes raisons de ne surtout pas adopter cette stratégie:

1/ Pour plusieurs écoles d’orthophonie, la note de l’oral vaut autant et parfois même plus que la note de l’écrit. Donc même si le temps à y consacrer n’est pas du tout équivalent (je préconise, par semaine, environ 3h pour l’oral versus 60h pour l’écrit, oui oui j’ai bien entendu ton gloups), il ne faut absolument pas négliger son poids dans la note globale et donc dans ton admission.

2/ Si tu as décidé de t’engager dans cette voie, tu as certainement de très bonnes raisons, je n’en doute pas une seule seconde. MAIS être capable de les mettre en mots, de les argumenter, de les mettre en valeur afin de briller au milieu de tous les autres candidats, là c’est une autre paire de manches et je te conseille vivement d’y réfléchir le plus tôt possible.

3/ La fin des écrits et le début des oraux vont se chevaucher, ce qui va complètement chambouler ton planning de révisions. Donc envisager de s’atteler à la montagne qu’est la préparation de ton oral à cette période est donc utopique et plutôt périlleux.

Es-tu convaincu? Je l’espère! Commence dès la rentrée de septembre, tranquillement mais sûrement en t’interrogeant sur le métier d’orthophoniste, son champ d’investigation mais aussi sur ta motivation et ton choix d’orientation professionnelle. Comme m’a toujours dit ma môman, petit à petit l’oiseau fait son nid! Mieux vaut s’échauffer, progresser étape par étape et atteindre la ligne d’arrivée plutôt que sprinter à la fin sans entraînement et se tordre la cheville.

Tu devras t’organiser pour intégrer dans ton planning hebdomadaire une préparation à l’oral. Que tu suives une préparation en école ou en ligne ou que tu aies choisi de te préparer seul, tu devras prendre du temps pour faire cette introspection et ce travail de recherche. Pour t’aider à y voir d’ores et déjà un peu plus clair sur le travail à accomplir, je vais t’en lister les grandes lignes:

1/ Etablie la liste des concours que tu souhaites passer et renseigne toi sur le contenu des différentes épreuves d’oral. Tu trouveras des informations sur les forums, les blogs et directement auprès des écoles et des associations étudiantes.

2/ Renseigne toi sur ce qu’est l’orthophonie, son histoire, son champ d’investigation, ses lieux d’exercices, son entourage professionnel. Ces recherches t’aideront à te conforter dans ton choix, à conserver ta motivation intacte et surtout à montrer au jury que tu n’es pas là par hasard simplement parce qu’il y avait de la lumière 🙂

3/ Prépare à l’écrit ta présentation et l’exposé de tes motivations à l’écrit: études, famille, loisirs, jobs, défauts, qualités ainsi que les raisons de ton choix. Qu’est ce qui fait que tu es, toi, l’étudiant idéal en orthophonie?

4/ Entraîne toi aux épreuves qui te seront proposées lors de l’entretien: lecture et résumé d’un texte, exercices de rétention de chiffres, de mots ou de logatomes, définitions de mots compliqués, explications d’expressions françaises, mise en situation avec contraintes et bien d’autres! Tu auras l’occasion de mettre en avant tes qualités d’adaptation, de créativité, d’improvisation, de patience…

5/ Mets toi le plus régulièrement possible en situation d’entretien auprès de ton entourage (famille, amis ou autres candidats). Plus tu seras confronté à cet exercice et plus tu t’y sentiras à l’aise.

Je te félicite et t’encourage d’avance pour toute cette énergie que tu vas mettre en œuvre en vue de ton objectif. Si mes conseils t’ont été utiles, je t’invite à me suivre sur ce blog tout au long de l’année. Je te propose de t’aiguiller semaine après semaine au travers d’articles sur la préparation annuelle de l’oral du concours. Je reste aussi disponible par message, j’essaie de répondre, dans la mesure du possible, rapidement et personnellement à toutes les demandes.

Pour allécher tes papilles et faire germer en toi le désir irrépressible d’en savoir plus, je te propose ce petit quizz spécial ortho.

A très bientôt

Orthonenette

 

QUIZZ  (QRU question à réponse unique)

 

1/ Que signifie le sigle AMO?

a – Activité moyenne d’orthophonie

b – Acte médical d’orthophonie

c – Attestation maximale d’orthophonie

d – Arrêté mensuel d’orthophonie

 

2/ En 1955, dans quelle ville s’ouvre le premier centre de formation d’orthophonie?

a – Lyon

b – Paris

c – Bordeaux

d – Lille

 

3/ Depuis 2013, combien d’années durent les études d’orthophonie en France?

a – 3 ans

b – 4 ans

c – 5 ans

d – 6 ans

 

4/ Quel trouble répond parfaitement à cette définition: « impossibilité ou difficulté à déglutir et à se nourrir per os »

a – Déglutition atypique

b – Déglutition primaire

c – Fausses routes primaires

d – Dysphagie

 

5/ Quelle cause n’entraîne jamais d’aphasie?

a – L’accident vasculaire cérébral

b – La démence de type Alzheimer

c – Le diabète de type 1

d – Le traumatisme crânien

 

6/ Quel nom ne correspond pas à un trouble d’articulation?

a – Assimilation

b – Lallation

c – Sigmatisme

d – Schlintement

 

7/ Quel nom désigne l’histoire et la plainte du patient?

a – Interrogatoire

b – Introspection

c – Questionnaire

d – Anamnèse

 

8/ Quelle étape ne fait pas partie du bilan orthophonique?

a – Prescription

b – Examen clinique

c – Compte-rendu

d – Anamnèse

 

9/ Au 1er janvier 2013, quelle est la moyenne d’âge des orthophonistes en France?

a – 36,5 ans

b – 39,1 ans

c – 43,3 ans

d – 46,8 ans

 

10/ Aujourd’hui, combien de centres dispensent la formation d’orthophonie en France?

a – 16

b – 17

c – 18

d – 19

 

Réponses dans un prochain billet! Pour commander mon livre de préparation, c’est ici

Laisser un commentaire